Exigences BIM : Tout comprendre sur l’EIR

Au cœur de la méthodologie BIM, le processus collaboratif et la création de modèles d’information riches en détails caractérisent chaque élément tout au long de son cycle de vie. La maîtrise d’ouvrage joue un rôle essentiel en définissant en amont du projet les informations nécessaires, leur échange, et leur timing. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’Exchange Information Requirements (EIR). Cette directive, émanant de la maîtrise d’ouvrage, encadre la création de modèles détaillés, guidant ainsi la réalisation des projets BIM.

À travers cet article, plongeons dans l’univers complexe mais crucial de l’EIR, en examinant ses composantes, ses objectifs et son impact sur les projets du secteur du BTP. De la définition à son application pratique, découvrons comment cet élément fondamental guide et façonne le déroulement des projets.

Qu’est-ce que les Exigences en matière d’Échange d’informations (EIR) ?

L’Exchange Information Requirements (EIR), ou Exigences d’Échanges d’Informations, se pose comme le document phare définissant les normes, informations et exigences clés dans le cadre d’un processus BIM, et joue un rôle primordial en tant que point de départ dans un appel d’offres BIM. Avant, l’acronyme EIR était attribué aux « Employer Information Requirements », soulignant les exigences d’information de l’employeur. Cependant, l’évolution vers les « Exchange Information Requirements » selon l’ISO 19650 marque un changement significatif. Cette transformation de l’acronyme met en lumière un pivot essentiel : l’accent mis désormais sur les modes d’échange d’informations.

Le rôle clé de l’EIR

L’EIR concentre son essence sur les méthodes de partage des données et la génération de documents, mettant un fort accent sur la gestion des contenus d’information entre les diverses parties prenantes du projet. Il constitue un document textuel crucial, identifiant :

  • Les aspects réglementaires, priorités et objectifs : Définissant les directives et les objectifs à respecter tout au long du projet BIM.
  • Les modèles à mettre en œuvre pour chaque phase de conception avec des niveaux d’information adaptés à l’étape de référence : Établissant les niveaux d’information requis à chaque étape du projet pour une coordination optimale.

La réalisation des objectifs fixés dans l’EIR dépend d’une collaboration étroite entre les diverses équipes intervenantes. Cette collaboration efficace s’opère grâce à un échange de données optimisé et à l’utilisation de processus liés au BIM Management.

Les défis actuels de la rédaction de l’EIR

Cependant, rédiger un EIR demeure un défi, principalement parce que les intervenants ne sont pas toujours pleinement familiarisés avec le BIM. Ce manque de compréhension des objectifs de la commande et des processus de gestion rend complexe la tâche d’encadrer efficacement l’échange de données.

Ainsi, la définition précise de l’EIR est cruciale car elle définit les fondements sur lesquels se basent l’ensemble des échanges d’informations, la coordination entre les intervenants et les objectifs à atteindre pour mener à bien un projet BIM. Cela permet d’assurer une gestion efficiente et une collaboration harmonieuse tout au long du cycle de vie du projet.

Pourquoi il est important de définir l’EIR ?

L’Exchange Information Requirements (EIR) incarne parfaitement le concept fondamental du BIM lui-même : « Begin with the end in the mind » ou « Commencez avec la fin dans la tête ». Cette idée souligne l’importance de débuter toute conception en ayant une vision claire des objectifs finaux. C’est précisément pour cette raison que la définition des EIR est primordial pour un projet en BIM.

En tant que document central, l’EIR identifie de manière détaillée l’ensemble du flux de travail à suivre, gérant ainsi de manière proactive l’intégralité du processus de construction. Ce document revêt une importance considérable pour plusieurs acteurs :

  • Pour la maîtrise d’ouvrage : La réalisation maquettes numériques riches en informations, facilitée par l’EIR, assure une vision réaliste des projets. Cela permet d’évaluer divers facteurs tels que les phases de construction, les ressources, les coûts, les délais, ainsi que les processus qui lui sont liés.
  • Pour les concepteurs et les parties prenantes du projet : Les directives claires et les flux de travail bien définis, établis par l’EIR, favorisent une plus grande productivité. En suivant ces lignes directrices, ils parviennent à réduire les erreurs et à éviter les retards. Cette approche méthodique et organisée permet d’optimiser les processus de conception et de réalisation, garantissant une meilleure efficacité dans la mise en œuvre des projets BIM.

Le Contenu Détaillé de l’EIR

Comme expliqué précédemment, l’Exchange Information Requirements (EIR) joue un rôle fondamental en définissant les caractéristiques de gestion du mandat et en établissant le processus de production et de livraison. Cependant, pour détailler plus précisément les exigences d’information que ce document doit contenir, examinons les aspects clés couverts par l’EIR :

Quelles sont les Exigences d’information ?

L’EIR doit spécifier divers éléments essentiels pour la réussite du projet BIM, notamment :

  • Modalités de gestion : Ce volet englobe l’utilisation de plateformes collaboratives et les méthodes de production.
  • Modes de coordination et d’échange de données : Cela inclut l’utilisation d’outils BIM, la coordination des modèles et les procédures de vérification et de contrôle.
  • Niveaux de détail et modèles spécifiques : Ces exigences précisent les niveaux de détail requis pour chaque étape de conception et les modèles spécifiques à réaliser à ces étapes.
  • Modalités d’échange : Formats interopérables et normes pour l’échange de données.
  • Temps, délais et phases de livraison : Planning précis des livraisons et des étapes clés du projet.
  • Modalités de livraison : Formats de sortie, nomenclature des fichiers, etc.

Structure de l’EIR

Pour rédiger un EIR de manière complète, il est nécessaire de diviser le document, à l’instar de l’AIR, en trois parties principales : Technique, Gestion et Commercial.

Section Technique

Cette section aborde les exigences techniques du marché, comprenant :

  • Formats d’échange : Spécification des formats de fichiers pour l’échange de données.
  • Niveaux de détail : Définition des niveaux géométriques et informatifs requis pour chaque élément.
  • Plateformes logicielles : Identification des outils logiciels et des plateformes collaboratives à utiliser.
  • Coordonnées : Définition d’un système de coordonnées commun pour les modèles du projet.
  • Niveau de formation : Définition des besoins en formation BIM pour les participants à la rédaction de l’offre.

Section Gestion

Cette partie traite des exigences pour la gestion des processus de conception :

  • Standard et procédures : Méthodes pour garantir un flux d’informations correct.
  • Rôles et responsabilités : Attribution claire des responsabilités des parties prenantes.
  • Sécurité des données : Mesures de protection pour les données sensibles.
  • Processus de coordination et de collaboration : Modalités pour contrôler les interférences et assurer une collaboration efficace.
  • Réunions de révision modèle : Planification des contrôles pendant l’exécution du mandat.
  • Gestion de la santé et sécurité : Exigences liées à la sécurité sur le chantier.
  • Contraintes et plan de conformité : Communication des limitations et définition de méthodes pour assurer la qualité.
  • Modalités de livraison des informations sur les actifs : Définition d’un standard minimal et d’un schéma de données pour gérer les informations.

Section Commerciale

Dans cette section, les exigences liées aux objectifs du projet sont détaillées :

  • Objectifs stratégiques : Finalités des exigences en matière d’information.
  • Résultats BIM à atteindre : Définition précise des objectifs à atteindre en termes de modélisation et de coordination.
  • Évaluation des compétences : Analyse des capacités et compétences des participants en matière de gestion et d’échange d’informations.

En suivant cette structure détaillée, l’EIR devient un document complet qui oriente efficacement la réalisation des objectifs du projet BIM.

Comment définir l’EIR ?

La définition de l’Exchange Information Requirements (EIR) implique la consolidation de plusieurs documents essentiels, chacun ayant un rôle spécifique dans la méthodologie BIM :

Documents Clés pour l’EIR

OIR (Organisational Information Requirements) : Ce document identifie les objectifs et les besoins spécifiques de la maîtrise d’ouvrage pour le projet. Il établit les grandes orientations et les attentes générales du commanditaire.

AIR (Asset Information Requirements) : L’objectif de ce document est de définir les exigences liées à la gestion et à l’utilisation future de l’actif construit. Il traite des aspects techniques, de l’exploitation, de la maintenance et de la gestion des données de l’immeuble.

PIR (Project Information Requirements) : Le PIR précise les informations requises à chaque phase du projet pour atteindre les objectifs énoncés dans l’OIR. Il adapte ces besoins spécifiques aux exigences propres à chaque marché ou lot.

Intégration des documents pour rédiger l’EIR

Analyse et alignement : Examiner en détail les OIR, AIR et PIR afin de comprendre les besoins, objectifs et exigences du projet à différentes étapes. Assurer une cohérence entre ces documents pour atteindre les objectifs globaux du projet.

Utilisation de la norme ISO 19650-1 : Cette norme sert de guide pour la structuration des documents et la définition des exigences d’information. Elle offre un cadre méthodologique pour aligner les différents documents (OIR, AIR, PIR) avec les objectifs de la norme.

Identification des besoins spécifiques : Chaque document (OIR, AIR, PIR) présente des exigences spécifiques pour les différentes phases du projet. Ces besoins doivent être clairement articulés et intégrés dans l’EIR pour garantir une définition complète des informations nécessaires à chaque étape.

Clarification et cohérence : Assurer que les informations définies dans l’EIR soient claires, concises et cohérentes avec les objectifs du projet. Cette étape est cruciale pour éviter les erreurs et les malentendus tout au long du processus.

L’élaboration de l’EIR nécessite une compréhension approfondie des documents OIR, AIR et PIR, ainsi qu’une application précise des exigences de la norme ISO 19650-1. Cette démarche vise à garantir une définition précise et complète des informations indispensables à chaque phase du projet, contribuant ainsi à sa gestion efficace et à la réalisation des objectifs fixés par la maîtrise d’ouvrage.

La Finalité de l’EIR pour les projets BIM

En définissant clairement les objectifs finaux et en établissant des directives précises, l’EIR offre une feuille de route détaillée pour la réalisation de projets BIM réussis. Il permet de minimiser les erreurs potentielles, d’accroître la productivité et d’éviter les retards, assurant ainsi une gestion optimale du projet du début à la fin. L’EIR joue également un rôle déterminant dans la création du PIM (Project Information Model), contribuant ainsi à la réalisation du projet dans son ensemble.

L’EIR et la Création du PIM

L’EIR a pour objectif principal d’identifier précisément les besoins et les exigences en matière d’informations exprimés par la maîtrise d’ouvrage. Ces directives détaillées servent de base pour établir le PIM, lequel représente un ensemble structuré et interopérable d’informations relatives à la conception et à la réalisation de la construction.

Ce PIM, formé à partir des exigences spécifiées dans l’EIR, agit comme une base de données centrale regroupant tous les aspects du projet, depuis les plans architecturaux jusqu’aux détails structurels et aux données sur les équipements.

Le PIM et son Rôle dans l’AIM

Le PIM ne se limite pas à la phase de conception, mais il est également une pierre angulaire pour la création de l’AIM (Asset Information Model). L’AIM, modèle d’informations destiné à l’utilisation, à la gestion et à la maintenance de l’immeuble post construction, est une évolution du PIM. Ainsi, les informations initialement définies par l’EIR alimentent la création du PIM, qui à son tour contribue à l’élaboration de l’AIM.

L’Intégration de l’EIR dans les Documents BIM

Pour répondre aux besoins énoncés par l’EIR, la Convention BIM, ou PEB (Plan d’Exécution BIM), joue un rôle crucial. Ce document expose les modalités et les stratégies pour atteindre les objectifs fixés par l’EIR. Par conséquent, les informations définies par l’EIR alimentent la rédaction de la Convention BIM / PEB, permettant ainsi aux acteurs du marché de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies conformes aux exigences spécifiques du projet. Cette harmonie entre l’EIR, le PIM et la Convention BIM / PEB garantit le succès et la conformité aux normes établies du projet BIM dans sa globalité.

Ce qu’il faut retenir

Qu’est-ce que l’EIR dans le cadre d’un projet BIM ?

L’EIR représente les directives fondamentales émises par la maîtrise d’ouvrage pour définir les besoins, les exigences et les modes d’échange des informations nécessaires tout au long du projet BIM. Il encadre les échanges d’informations pour assurer la cohérence et la gestion efficace des données.

Quel est le rôle principal de l’EIR dans un projet BIM ?

L’EIR joue un rôle central en identifiant précisément les objectifs et les exigences d’information de la maîtrise d’ouvrage, permettant ainsi de créer des modèles d’informations (PIM) et de définir la Convention BIM / PEB. Il sert de référence pour tous les acteurs du projet, orientant la gestion des données et la collaboration entre les parties prenantes.

Quelles sont les informations essentielles contenues dans l’EIR ?

L’EIR spécifie divers éléments tels que les modalités de gestion, les niveaux de détail requis pour les modèles, les formats d’échange de données, les phases de livraison, les objectifs stratégiques du projet, entre autres. Il est structuré en parties technique, gestion et commerciale, détaillant les exigences spécifiques pour chaque aspect du projet.

Comment rédiger efficacement un EIR ?

Pour rédiger un EIR de manière efficiente, il est essentiel de bien comprendre les besoins et les objectifs du projet à différentes étapes. L’analyse précise des OIR, AIR et PIR est primordiale. Une structuration claire, cohérente et en conformité avec les normes ISO 19650-1 est nécessaire pour garantir la qualité et la pertinence du document.

Quel est l’impact global de l’EIR sur le projet BIM ?

L’EIR assure une vision claire des objectifs finaux du projet, minimise les erreurs potentielles et optimise la collaboration entre les intervenants. Il favorise une meilleure gestion des données et des processus tout au long du cycle de vie du projet. En intégrant les directives de l’EIR, le PIM est créé, contribuant ainsi à l’élaboration de l’AIM et assurant une conformité aux normes BIM établies pour le succès du projet dans son ensemble.

Conclusion de l’article

Les Exchange Information Requirements (EIR) forment le socle essentiel du processus BIM, définissant avec précision les objectifs et exigences en informations pour chaque étape du projet. Cet élément clé guide la réalisation des Project Information Models (PIM) et leur évolution vers les Asset Information Models (AIM), assurant une gestion transparente et fluide du projet. L’EIR, combiné à une Convention BIM ou un PEB cohérent, transforme ces exigences en actions concrètes, garantissant ainsi la conformité aux normes et la réussite globale des projets BIM, tout en favorisant une collaboration efficace entre les parties prenantes pour des réalisations de qualité.